L’ETSA ou Electronic System for Travel Authorization est un système de renseignement. Il a été mis en place par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis. Il est utilisé pour tous les citoyens des pays bénéficiant du PEV ou Programme d’Exemption de Visa. Qu’en est-il de sa durée de validité ?

Le délai pour se faire délivrer l’ESTA

Tout voyageur désireux de se rendre aux États-Unis d’Amérique doit se mettre en règle vis-à-vis de l’administration américaine. Peu importe le type de séjour qu’il prévoit d’y passer, la détention de ce document est indispensable.

L’ESTA est exigé aussi bien pour les enfants que les adultes. Sa demande a lieu en ligne, sur le site officiel dédié à cet effet. Le futur voyageur homme d’affaires ou touriste doit remplir un formulaire et accepter les conditions légales indiquées sur ledit formulaire. Il doit aussi préciser ses données personnelles, ses contacts disponibles aux États-Unis et surtout, répondre aux questions d’admissibilité. Les étapes finales vont, quant à elles, consister en la vérification des informations à envoyer et au paiement des frais de dossier. Ces derniers sont compris entre 10 et 80 euros. Le paiement a lieu via PayPal et les principales cartes bancaires à savoir American Express, Visa et MasterCard.

Il ne devra pas oublier de cliquer sur le bouton dit de renonciation. Ce bouton précise qu’il ne reviendra pas demander le remboursement des frais qu’il vient d’engager. Une fois que le formulaire est envoyé, il devra patienter 72 heures au plus. Généralement, une réponse est donnée dans les minutes qui suivent. Aussi, le formulaire peut être imprimé.

La durée de validité proprement dite

À partir de l’instant où une réponse positive est envoyée au futur voyageur par mail, le délai de validité de l’ESTA commence à courir. Le formulaire reste alors valable pour deux ans. Autrement dit, un voyage doit être entrepris dans ce délai auquel cas, le document expire et il va falloir le renouveler. C’est la raison pour laquelle il est d’ailleurs recommandé de faire sa demande 3 jours avant le jour prévu pour le départ.

Aussi, il n’est pas possible de passer plus de 90 jours ou 3 mois sur le sol américain lorsqu’on se le fait octroyer. Vous deviendrez un hors-la-loi et serez passible d’une peine de prison. Après les 90 jours, vous pouvez repartir et revenir autant de fois que vous le souhaiterez. Cependant, vos allers-retours ne doivent pas être très fréquents. Les autorités américaines soupçonneront que vous prévoyez d’immigrer aux États-Unis. Pour chaque nouveau voyage effectué, il ne sera plus opportun de payer à nouveau les frais de dossier. Une simple présentation de l’ESTA suffira.

Notifions que l’égarement de l’ESTA n’induira pas un retour forcé vers votre pays d’origine ou une sanction des autorités américaines. Sa version papier ne constitue qu’une simple formalité, puisque c’est sa version électronique qui fait réellement foi. D’ailleurs, vous pouvez réimprimer la version définitive de ce document autant de fois que possible.

La remise en cause de la validité de l’ESTA

Plusieurs événements peuvent remettre en cause la validité de ce document qu’est l’ESTA.

En premier lieu, les informations indiquées sur le formulaire envoyé ne doivent pas changer jusqu’à ce que le document arrive à expiration. Autrement, il sera désormais considéré comme non valide. Vous devrez alors soumettre un autre formulaire pour changer ces informations.

Ensuite, lorsque vous changez d’employeur ou lorsque vous déménagez, votre ESTA n’est plus considéré comme valide. Vous devrez aussi formuler une autre demande pour mettre à jour les précédentes informations, si vous comptez revenir aux États-Unis.

Un autre cas, le plus fréquent d’ailleurs, est l’expiration du passeport. L’invalidité de l’ESTA est automatique lorsque votre passeport expire. Vous devrez donc veiller à ce que ce dernier continue d’être valide tout le temps que vous séjournerez sur le sol américain.

Publier un commentaire